Parutions 2017

La soutenabilité des paysages ruraux, le cas de l'aire urbaine de Paris

 

Article de Roland Vidal et Luc Vilan, In Del Prete R. et Leone A. : Paesaggi rurali, percezione, promozione, gestione, evoluzione sostenibile, Regione Campana ed. Pages 65-80

 

Consultable sur le site de la Regione Campana

Alimenter les villes autrement : gare aux utopies ?

 

Article de Roland Vidal et André Fleury, in Stéphane Gacon et Thomas Grillot : Manger autrement. Presses Universitaires de France, collection "La Vie des Idées", 100 p., 9 €.

Voir sur le site des PUF.

Parutions 2016

Concurrence entre ville et agriculture au nord et au sud de la Méditerranée

 

Introduction au dossier « Urbanisation vs terres agricoles » de la revue Tracés (Bulletin technique de la Suisse romande), n° 12-2016, 142e année. Consultable au centre de documentation de l’ENSP ou sur le site de la revue (accès payant).


Télécharger l’articleEn savoir plus sur la revue Tracés

Paysage en projets

 

Sous la direction de Catherine Chomarat-Ruiz

 

Comment améliorer nos cadres de vie?? Comment faire en sorte de ne plus subir l’appauvrissement, voire la laideur, de notre environnement rural ou urbain?? C’est à ces questions que tente de répondre un merveilleux outil de conception et d’aménagement: le «projet de paysage». 

 

En convoquant l’histoire, l’économie, l’agri-urbanisme et les sciences de la conception pour expliquer l’usage que les professionnels en font, le présent ouvrage fait le pari d’éclairer tout citoyen soucieux de jouir des paysages et de les transmettre.

 

Européen en ce qu’il fait écho à la Convention européenne du paysage (2000), ce livre intéresse en réalité tout citoyen du monde. 

 

 

Chiara Santini : Haussmann et Alphand : la construction de l'identité paysagère de Paris. Savoirs et savoir-faire du projet de paysage à l'époque de Napoléon III

 

Roland Vidal : La plaine de Pierrelaye, de la gestion environnementale au projet de paysage. Télécharger l'introduction

 

André Torre : Du projet de paysage au projet de territoire. Allers-retours en guise d'exercices de gouvernance des territoires

 

Pierre Donadieu : Contribution à une science de la conception des projets de paysage

 

Catherine Chomarat-Ruiz : La paysagétique

 

ISBN : 978-2-36424-033-9

 

Accéder au site de l'éditeur

La bio en 40 pages est ré-éditée avec un nouveau titre et une nouvelle présentation :

Quel avenir pour l'agriculture bio ?

 

Les récentes crises sanitaires et les inquiétudes montantes sur l’avenir de notre environnement mettent de plus en plus en question la durabilité de nos agricultures. Pourtant, la population mondiale n’a pas fini d’augmenter et ne se stabilisera sans doute pas avant trente ou quarante ans avec près de 10 millions de personnes à nourrir, soit dix fois plus qu’à l’orée du XIXe siècle, époque où la majorité des humains était beaucoup moins bien alimentée qu’aujourd’hui.

 

Un retour en arrière serait donc irréaliste et c’est bien une nouvelle agriculture qu’il nous faudra inventer pour répondre aux besoins futurs de l’humanité, une agriculture qui, sans négliger les savoirs accumulés par les générations précédentes, devra surtout s’appuyer sur les apports de la science moderne, tant en matière d’environnement que de qualité alimentaire.

 

Face à cet enjeu majeur, l’agriculture biologique est parfois présentée comme la meilleure solution pour nourrir durablement la planète. Parfois aussi, elle est accusée de n’être qu’une utopie irréaliste bien plus teintée de nostalgie que de rigueur scientifique. Mais toutes les agricultures biologiques se valent-elles sur ce point ?

 

Loin de prononcer un verdict définitif, cet essai propose de donner quelques clés pour apprendre à poser les bonnes questions et à mieux distinguer les agricultures vertueuses de celles qui ne feraient que s’inscrire d’une façon opportuniste dans des niches économiques passagères…

 

Apprendre, en 40 pages, à imaginer ce que sera l'avenir de l'agriculture biologique.

 

ISBN : 978-2-37168-003-6

 

Accéder au site de l'éditeur

Parutions 2015

«Comment nourrir les villes ?», Dossier "Villes durables", Les grands dossiers des Sciences Humaines, n° 40, sept-oct-nov 2015, pages 58-61.

 

Les circuits courts permettent-ils de réduire notre empreinte écologique? Peuvent-ils garantir l’autosuffisance alimentaire des villes?

Appuyée sur un attrait grandissant pour la vente directe des denrées alimentaires et les circuits dits « courts », l’idée que les grandes villes d’aujourd’hui pourraient devenir autosuffisantes revient de plus en plus souvent dans les discours médiatiques et sans doute aussi dans une partie significative des opinions publiques. Trois sources d’inquiétude motivent cet engouement : la qualité sanitaire des denrées alimentaires, la sécurité de l’approvisionnement et l’impact environnemental de nos systèmes de transport actuels.

 

Accéder au dossier

«Des bidonvilles aux villes occidentales», interview par Marc Lemonier, Diagonal n° 193, mars 2015, pages 32-35.

 

Roland Vidal, en charge de l'enseignement de l'agriculture urbaine au sein de l'École nationale supérieure du paysage de Versailles, rappelle ici la naissance d'une discipline, fruit des travaux de la coopération avec ce qu'on appelait alors les pays du tiers-monde. Dépassant ce stade initial, il appelle à une nouvelle forme de démarches en matière d'aménagement "l'agriurbanisme".

 

 

 

 

Télécharger l'article

 

Parutions 2014

Chez Éditopics, Paris

Nature en ville, attentes ciradines et actions publiques

 

À quelle nature aspirons-nous en ville ?

À la croisée d'horizons disciplinaires différents, ce livre révèle la diversité des attentes citadines, les pratiques, les conflits, les consensus, les actions des pouvoirs publics et les aménagements urbains qui naissent de la demande de nature en milieu urbain.

 

Ouvrage co-dirigé avec Lise Bourdeau-Lepage.

 

ISBN : 978-2-36992-000-7

 

Accéder au site de l'éditeur

Chez UPPR éditions, Toulouse

L'agriurbanisme en 40 pages

 

Après les avoir longtemps méprisés autant qu’ils les ignoraient, les citadins s’intéressent aujourd’hui de plus en plus aux « paysans » qui les ont toujours nourris, et découvrent avec une certaine nostalgie qu’ils n’existent pratiquement plus. Les agriculteurs qui les ont remplacés ne sont plus les « cul-terreux » d’autrefois et la manière dont ils travaillent sur leur territoire n’est plus du tout la même. Dans le même temps, et en s’étalant de plus en plus, les villes du XXIe siècle amènent les citadins à vivre au contact de ces paysages agricoles autrefois lointains et la rencontre entre les deux mondes pose désormais des questions nouvelles qui interrogent la manière dont nous aménageons nos territoires.

 

Il faut donc d’abord revenir sur cette longue histoire qui a vu durant dix millénaires la ville et l’agriculture construire ensemble l’espace de vie de l’humanité, pour comprendre quels nouveaux types de relations peuvent se nouer aujourd’hui. Réduire les nuisances que la ville et ses réseaux engendrent envers le monde agricole, adapter les pratiques agricoles de sorte à répondre aux nouvelles attentes du monde citadin, co-construire des relations à bénéfice réciproque plutôt subir passivement des gênes mutuelles, tels pourraient être les objectifs de l’agriurbanisme…

 

ISBN : 978-2-37168-016-6

 

Accéder au site de l'éditeur

La bio en 40 pages

 

Souhaitant rompre avec l'agriculture intensive et industrielle, l'agriculture biologique veut s'inscrire dans une démarche de respect de la nature et de ses cycles. Son ambition affichée est, en assumant l'héritage des techniques agricoles traditionnelles, de préserver la biodiversité et les cycles biologiques des sols, en refusant d'utiliser les produits de synthèse. Les techniques modernes ne peuvent-elles pas résoudre des problèmes que l'agriculture traditionnelle est incapable de surmonter? Mais à quel prix?

Alors que les publications sur l’agriculture biologique sont de plus en plus nombreuses, il est toujours aussi difficile de se forger une opinion à son sujet tant ces publications tendent à se répartir en deux catégories : celles qui la rejettent et celles qui en font l’apologie. Dans les premières, la bio est présentée comme un retour en arrière, une « agriculture du refus » qui serait bien incapable de nourrir le monde si elle sortait de la place marginale qu’elle occupe aujourd’hui. Dans les secondes, au contraire, elle représente la seule solution possible pour une agriculture et une alimentation mondiale durables. En considérant, pour les uns, qu’elle devra se contenter de satisfaire le marché de niche qui est le sien tant que durera l’effet de mode qui le porte aujourd’hui, et pour les autres qu’elle devra s’étendre, à terme, à l’ensemble de l’agriculture mondiale, ces deux positions éludent l’une comme l’autre une question pourtant centrale : quelle devra être la place de la bio dans l’agriculture du futur, en France comme dans le monde?

 

ISBN : 978-2-37168-003-6

 

Accéder au site de l'éditeur

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Roland Vidal 2015 • Dernière mise à jour : 27-01-2017