La construction paysagère d'une identité territoriale

 

- VII -


Les frères Treyve
collaborateurs de Roland Brouard et paysagistes vichyssois

 

 

 

 

 

 

Avant 1919, si aucune loi ne rendait obligatoires l’établissement et l’approbation d’un projet avant la création ou l’extension d’une ville, certaines d’entre elles avaient néanmoins fait l’objet d’un plan d’ensemble. Ce fut le cas de «villes nouvelles » comme Maisons-Laffitte, Le Vésinet ou Deauville, et de villes auxquelles ont été appliqués des plans d’extension ou d’embellissement, comme Biarritz ou Vichy. Parmi elles, certaines ont pu, directement ou indirectement servir de modèle, ou tout au moins de sources d’inspiration, aux concepteurs de Sables-d’Or-les-Pins.

 

Ceux-ci, regroupés autour de Roland Brouard, n’ont pas toujours laissé de traces précises de leurs interventions, et il n’est pas facile de reconstituer avec certitude le rôle exact qu’ils ont joué à chacune des phases de l’élaboration du projet. Si les architectes ont toujours signé leurs oeuvres, si le géomètre a bien apposé son nom au bas du plan déposé en préfecture, les paysagistes, eux, n’ont pas laissé de traces écrites de leurs interventions.

 

Il semble pourtant évident que leur rôle a été plus que déterminant dans la forme qu’a prise Sables-d’Or-les-Pins, tant par l’intermédiaire du plan d’urbanisme que par celui du cahier des charges.

 

Ce dernier point, pour lequel une filiation est plus difficile à établir avec certitude, sera l’objet du chapitre suivant. Mais s’il est une ville qui a de toute évidence servi de modèle, sur certains aspects particuliers en tout cas, c’est bien la station thermale de Vichy, rénovée à l’initiative de Napoléon III, et où travaillait la famille des Treyve depuis trois générations.

Télécharger le chapitre VII
09.These_R.Vidal_Chapitre.VII.pdf
Document Adobe Acrobat [2.3 MB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Roland Vidal 2015 • Dernière mise à jour : 27-01-2017